Publié le 12/04/2060

Le RTK Centipède

Nous avons l’immense plaisir de vous présenter le rover « RTK Centipède », une nouvelle espèce au Conservatoire d'espaces naturels des Hauts-de-France, dont un individu a été aperçu récemment à Boves, puis à Lillers. Jusqu’ici, son aire de répartition parmi les CEN se limitait au sud de la France. Mais qu’est-ce donc que cette bête dont l’arrivée va sans nul doute ravir les salariés de terrain ?

 

Il s’agit d’un petit appareil (qui tient dans la main ou dans une poche), qui transforme le GPS de n’importe quel smartphone en GPS centimétrique. Concrètement, un salarié qui cherche à se repérer ou à localiser une observation sur son smartphone ou sa tablette disposait jusqu’à présent d’une précision de 4 à 6 m au mieux. Une fois le smartphone connecté en Bluetooth avec le rover RTK, la précision peut être de quelques centimètres… idéal pour retrouver une station végétale, une placette de suivi ou piqueter des travaux de façon précise.

 

L’un des grands intérêts de ce projet est son côté « open source » : les plans des rovers, la notice de construction et le matériel à acheter se consultent librement sur Internet. De plus, les bases sur lesquelles se connecte le rover pour améliorer le signal (cf. ci-contre) sont mises gratuitement à la disposition de tous. Le réseau est étendu par des instituts publics, des particuliers, des acteurs privés comme les agriculteurs ou d’autres partenaires publics.

 

Ce projet nous a permis de solliciter des talents inhabituels parmi nos adhérents et sympathisants : Audrey Thibault a construit les boîtiers avec son imprimante 3D,  tandis que Didier Lavocat et Mehdi Winieski se sont lancés à l’assaut des tutoriels avec le matériel que nous leur avons acheté et ont assemblé l’intérieur de nos deux premiers rovers, que nous avons testés avec succès.

 

Didier Lavocat témoigne : "C’est avec enthousiasme et fierté, que nous avons accepté de réaliser la construction du rover croyant que cela allait être fait en deux coups de tournevis et trois coups de fer à souder ! Mais l’exaltation est vite retombée et nous avons été confrontés à toutes les complications du monde. La pénurie de composants électroniques certains ne correspondant pas à notre attente, la difficulté à comprendre le tutoriel, les inversions de polarités, les pannes de fer à souder et j’en oublie. Le temps passant, la motivation s’effrite et la réactivité n’est plus au rendez-vous. Heureusement, comme toujours, la coopération prend le pas sur la compétition. L’entraide triomphe et finalement nous sommes arrivés à notre but. Espérons que l’instrument fonctionne et qu’il soit utile."

 

Ce projet ayant donné toute satisfaction, malgré les difficultés d’approvisionnement du matériel, il est prévu d’en construire encore 5 cette année, afin que toutes les antennes du CEN puissent bénéficier d’au moins un rover.